Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Maroc Mohammed VI: « N’a-t-on pas honte de signaler que ces résultats sont le fait du Maroc d’aujourd’hui ? »


Société

Agenceecofin | | Commenter |Imprimer
Mohammed-VI:--N-a-t-on-pas-honte-de-signaler-que-ces-resultats-sont-le-fait-du-Maroc-d-aujourd-hui-?-

Dans son traditionnel discours de la Fête du Trône, le roi Mohammed VI a souligné le contraste, insupportable à ses yeux, entre les progrès économiques du pays et sa réalité sociale: « Nous vivons aujourd’hui un paradoxe irrécusable, mais difficile à admettre. Le Maroc jouit d’une grande crédibilité à l’échelle continentale et internationale, et bénéficie de l’estime de nos partenaires, de la confiance de grands investisseurs comme Boeing, Renault et Peugeot. Et pourtant, d’autre part, nous constatons avec contrariété que, dans certains secteurs sociaux, le bilan et la réalité des réalisations sont en-deçà des attentes. N’a-t-on pas honte de signaler que ces résultats sont le fait du Maroc d’aujourd’hui ? » a déclaré le monarque.

« Les projets de développement humain et territorial, qui ont un impact direct sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens, ne nous font pas honneur et restent en-deçà de notre ambition. » a-t-il poursuivi.

S’il estime que le secteur privé marocain est aujourd’hui, dans l’ensemble, efficace et compétitif, il juge en revanche que l’administration publique souffre « d’une faible gouvernance et d’une productivité insuffisante » et que les fonctionnaires publics, pour la plupart d’entre eux, manquent de compétences, d’ambition et de motivation.

Il regrette que rien ne soit vraiment fait dans les régions pour dynamiser les investissements et améliorer l’efficacité de l’administration. Il déplore que les activités génératrices de richesses se concentrent à Casablanca, Rabat, Marrakech et Tanger et laissent le reste du pays abandonné à lui-même.

« Nos choix en matière de développement restent globalement pertinents. Mais, le problème a trait à l’immobilisme des mentalités, et aux carences en termes d’exécution et d’innovation. » assène-t-il, avant de fustiger une classe politique trop éloignée du peuple et de ses préoccupations. « Assez ! Ayez crainte de Dieu pour ce qui touche à votre patrie… Acquittez-vous pleinement des missions qui sont les vôtres, ou bien éclipsez-vous ! » menace-t-il.



Autres titres
Burkina-Faso La société civile annonce une marche le 15 mars pour dénoncer « le pillage systématique du foncier » par les sociétés immobilières 
Bénin Glo-Djigbé: des propriétaires terriens dédommagés 
Togo La presse électronique togolaise fait un focus sur la réaction de Faure Gnassingbé 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Maroc Quand l’Agence de Presse algérienne APS se fait rappeler à l'ordre par le Chef de la diplomatie, Sergeï Lavrov 
Maroc La justice sociale et le fléau des accidents de la route se bousculent à la Une des quotidiens marocains 
Maroc Le fléau du chômage, l’accident ferroviaire près de Tanger et le bilan du CHAN 2018 meublent la Une des quotidiens marocains 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires