Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Cameroun Après la catastrophe d’Eséka, l’Etat camerounais obtient de Bolloré le partage du management de Camrail


Société

Agenceecofin | | Commenter |Imprimer
Apres-la-catastrophe-d-Eseka,-l-Etat-camerounais-obtient-de-Bollore-le-partage-du-management-de-Camrail

Depuis le 9 juin 2017, Didier Vandenbon n’est plus le directeur général de la Cameroon Railways (Camrail), entreprise du groupe Bolloré, concessionnaire du chemin de fer camerounais.

Au sortir d’un Conseil d’administration tenu ce jour-là, il a été remplacé par Jean Pierre Morel. Ce manager français sera désormais secondé par deux directeurs généraux adjoints. Il s’agit des Camerounais Michel Ossok, ancien directeur des ressources humaines de Camrail, et Gilbert Kana Pondi, un ingénieur de génie-civil à la retraite, qui fut un temps, coordonnateur technique des activités ferroviaires au ministère des Transports.

Président du Conseil d’administration de Camrail depuis 2009, en remplacement d’un certain Michel Roussin, le député camerounais Hamadou Sali a également été remplacé par Aboubakar Abbo, lui aussi de nationalité camerounaise. Le nouveau PCA de Camrail est un ancien cadre des services du Premier ministre, devenu depuis les dernières élections municipales, le maire de la commune de Belel, dans la région de l’Adamaoua.

Selon nos sources, cette nouvelle configuration des postes au sein des organes sociaux de Camrail (Direction générale et Conseil d’administration), avec pratiquement du 50-50 pour les deux principaux actionnaires de l’entreprise (Etat du Cameroun et groupe Bolloré), obéit simplement au dessein de l’Etat camerounais d’être mieux représenté dans les instances de décision de cette entreprise.

En effet, dans le communiqué du Secrétaire général de la présidence de la République du 23 mai 2017, révélant les résultats de l’enquête diligentée après la catastrophe ferroviaire du 21 octobre 2016, à Eséka, le président de la République prescrit «l’ouverture de discussions entre les partenaires au sein de Camrail, pour une plus grande présence de l’Etat dans ladite société…».

C’est fort de cette prescription venant de la présidence que, apprend-on de sources proches du dossier, l’Etat camerounais a sollicité que lui soient attribués dans le top management de Camrail, les postes de président du Conseil d’administration et de directeur général adjoint. D’où les arrivées d’Aboubakar Abbo comme PCA, et la création de deux postes de DGA, dont l’un est désormais occupé par Gilbert Kana Pondi, le 2ème représentant de l’Etat au sein du top management de l’entreprise ferroviaire.

Brice R. Mbodiam



Autres titres
Gabon Suspension de salaire pour près de 2000 fonctionnaires grévistes 
Cameroun Le Forum de la Diaspora s’ouvre le 28 juin à Yaoundé 
Burkina-Faso Recrutement de diplômés universitaires: les candidatures reçus dès juillet 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Cameroun Le Forum de la Diaspora s’ouvre le 28 juin à Yaoundé 
Cameroun Economie et Coupe des confédérations en couverture des journaux camerounais 
Cameroun Économie et gouvernance en couverture des journaux camerounais 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires