Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Cameroun Arriérés de salaires: des enseignants assiègent le ministère des Finances


Société

Arrieres-de-salaires:-des-enseignants-assiegent-le-ministere-des-Finances

Le 27 mars dernier, l’esplanade du ministère des Finances à Yaoundé a été pris d’assaut par des enseignants qui réclament 60 mois d’arriérés de salaires et autres primes.

Selon les medias, ils étaient en tout plus de 20 000 enseignants du niveau secondaire réclamant salaires impayés et des primes. Parmi cet effectif, certains enseignants ont atteint la barre de 60 mois d’arriérés.

Suite au mouvement d’humeur des enseignants, une tripartite d'urgence regroupant les ministères en charges des questions de formation, d’éducation et des Finances, a été mise sur pied. Il s’agit précisément pour le Minfopra-Minfi-Minesec de " trouver des solutions " aux préoccupations financières et techniques des enseignants.

Le lundi, après plusieurs heures de négociations entre Alamine Ousmane Mey, le ministre des Finances et les enseignants, aucun terrain d’entente n’a été trouvé. La concertation devrait reprendre son cours normal ce mardi 28 mars.
Les enseignants " Indignés ", ont réaffirmé que la priorité est la résolution de leur problème de salaires. Ils ont fait savoir que, les cours ne devraient pas reprendre tant que leurs exigences ne sont pas satisfaites.

Ce mouvement d’humeur des enseignants majoritairement du système francophone, après la grève des enseignants anglophones, qui a débouché sur des revendications politiques, traduit un malaise social généralisé au Cameroun.



Autres titres
Somalie Le bilan de l’attentat de Mogadiscio s’alourdit 
Maroc La presse marocaine décrypte le discours royal prononcé devant le parlement 
Burkina-Faso Thomas Sankara monopolise la Une des quotidiens burkinabè 
Plus de nouvelles




 1   John Wisdom | Mercredi, 29 Mars 2017
  Comme quoi les enseignants togolais, contrairement à ce qu'ils laissent croire, ne sont pas les plus à plaindre.
60 mois d'arriérés pour des enseignants au Caméroun quand au Togo ils n'en n'ont même pas 1 et réclame plutôt des revalorisations et autres primes.
C'est Eyadéma qui n'est plus et certaines choses se produisent.
RECHERCHE
Cameroun La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais 
Cameroun Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais 
Cameroun Politique et économie en couverture des journaux camerounais 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires