Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Gabon Sanctions contre les grévistes: les syndicats réclament la tête du ministre Moussavou


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Sanctions-contre-les-grevistes:-les-syndicats-reclament-la-tete-du-ministre-Moussavou

Le torchon brûle plus que jamais entre les syndicats d’enseignants et leur ministre de tutelle, Florentin Moussavou. Ce dernier ayant opté pour la fermeté en sanctionnant des grévistes, voit son limogeage réclamé par ces derniers.

Seule la démission du Minitsre Florentin Moussavou, pourrait débloquer la situation dans le monde de l’éducation au Gabon. C’est le nouveau mot d’ordre chez les enseignants réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation nationale (Conasysed). Ces derniers, veulent le scalp du titulaire du département ministériel en charge du secteur. Réunis en Assemblée générale, ils ont fait du départ de Florentin Moussavou, une condition sine qua non à la reprise des discussions.

Cette radicalisation des enseignants est née de la récente sortie de leur ministre de tutelle. Ce dernier en réponse à leur mouvement d’humeur qui dure depuis de semaines et qui selon lui, n’a que trop durer, a annoncé la suspension de salaire de 807 enseignants et la radiation de la fonction publique 19 d’entre eux, dès le 25 février courant. C’est impensable pour les enseignants. "Les enseignants ont affirmé qu’ils ne peuvent plus accepter la reprise des cours, encore moins des négociations avec ce ministre comme responsable du département de l’Education nationale. Nous y sommes là jusqu’à nouvel ordre’’, a précisé le délégué général à la Conasysed, Simon Ndong Edzo.

Ils s’en remettent alors au Premier Ministre et au Chef de l’Etat et se font menaçant. ‘’Nous n’allons plus reculer, il nous a donné la force et le courage de dire que nous n’accepterons plus de travailler avec lui. Si monsieur Ali Bongo continue de le garder, c’est qu’il veut vraiment un affrontement avec nous’’ a laissé entendre Simon Ndong Edzo.

L'AUTEUR
Waliyullah T.


Autres titres
Cameroun Les journaux camerounais en mode diversité 
Guinée La victoire de la Guinée face au Cameroun en amical, au menu de la presse électronique 
Bénin La révision de la constitution s’impose dans les quotidiens béninois 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Gabon Discours du président Ali Bongo Ondimba à l’ouverture du dialogue politique 
Gabon 2760 milliards de Fcfa disparu des caisses de l'Etat entre 2006 et 2012 
Gabon Le président Ali Bongo Ondimba rencontre les organisations syndicales 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires