Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Maroc Politique et culture s’imposent à la Une des quotidiens marocains


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

Les quotidiens marocains parus ce vendredi consacrent leurs Unes à divers sujets notamment la formation du nouveau gouvernement et la célébration du nouvel an amazigh.


+L’Economiste+, qui revient sur la formation du gouvernement, indique que la "mise en panne" de la Chambre des représentants "ne se justifie en aucune manière", soulignant l’urgence de faire en sorte que cette Chambre "remplisse la mission pour laquelle elle a été élue". 

"Dans la pratique, il existe la majorité, l’opposition, calcul de répartition, commissions… Mais tout ceci n’est que le fonctionnement interne de la Chambre. Elle doit d’abord se constituer et se mettre au travail. Ce n’est qu’ensuite, et seulement ensuite qu’elle organise cela", écrit-il. 

Abordant la célébration du nouvel an amazigh 2967, +Al Bayane+ estime qu’"au-delà des festivités culturelles et artistiques, force est de souligner que les choses avancent péniblement en matière des efforts déployés et des politiques mises en œuvre pour promouvoir l’amazighité dans ses dimensions linguistique, identitaire et civilisationnelle". 

La publication affirme que "depuis la Charte d’Agadir en 1991 jusqu’à l’adoption de la loi organique relative à l’amazighe en 2016, en passant par le discours royal d’Ajdir en 2001, la fin d’une conception monolithique de la culture marocaine n’est pas encore réellement concrétisée", car, explique-t-il, "si l’intégration de la langue amazighe dans les espaces et les institutions publiques est liée à la loi organique stipulée dans l’article 5 de la Constitution, avec les avancées apportées, il faut dire que la mise en œuvre des lois demande encore une volonté politique pour promouvoir la culture amazighe". 

+Bayane Al Yaoum+ estime que la question linguistique au Maroc doit être épargnée de l’instrumentalisation idéologique et politicienne et posée dans le cadre cognitif et scientifique, appelant à bénéficier d’expériences universelles vécues par plusieurs peuples et pays dans des phases historiques différentes et de là élaborer une voie marocaine qui tiendrait compte de la diversité des affluents de la culture nationale. 

Pour Al Ittihad Al Ichtiraki, la célébration du nouvel an amazigh doit bénéficier d’un statut social pareil aux autres occasions similaires, notant que cette célébration est un des droits culturels qu’il faudrait sauvegarder et dont les individus autant que la collectivité peuvent en jouir.



Autres titres
Sénégal Un jeune déféré au parquet pour escroquerie et usage de faux en écriture 
Nigéria Un camp de déplacés bombardé par l'armée, plusieurs morts 
Maroc L’enseignement privé annonce une grève générale bientôt 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Maroc L’enseignement privé annonce une grève générale bientôt 
Maroc Le retour du Maroc à l'UA et l'hécatombe routière à la Une des quotidiens marocains 
Maroc Baisse de 17,7% de la facture énergétique en fin 2016 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires