Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Maroc Politique et enseignement s’imposent à la Une des quotidiens marocains


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

Les quotidiens marocains parus ce lundi s’intéressent à divers sujets notamment les tractations pour la formation du prochain gouvernement et la fermeture des écoles turques au Maroc liées à Fethullah Gülen.

+Al Alam+, qui aborde les tractations pour la formation du prochain gouvernement, souligne que le conseil national extraordinaire du parti de l’Istiqlal « n’a signé aucun chèque à blanc pour qui que ce soit », ni « n’avait besoin d'être complaisant envers quiconque ».

La publication réaffirme que le Parti de la balance ne visait pas à travers sa volonté de participer au gouvernement à « partager le gâteau » avec les autres partis, rappelant que la décision de participer au gouvernement était « purement politique », et non une « tactique conjoncturelle ».

Pour +Al Ittihad Al Ichtiraki+, la majorité proposée pour la formation du gouvernement, limitée en nombre, reflète une « mentalité étroite » visant à « régler des comptes politiques », outre qu'elle « n’est pas à la hauteur des aspirations des Marocains, à savoir un gouvernement fort et capable de relever les immenses défis auxquels est confronté le pays ».

Le journal fait part de son « étonnement » vis-à-vis de la « volonté de transformer les organes et les structures du parti qui conduit les négociations en instances constitutionnelles pour orienter les concertations dans le sens voulu et imposer sa vision particulière à l’ensemble du champ partisan national ».

Dans le même sillage, +Bayane Al Yaoum+ estime que la formation du nouveau gouvernement requiert de prime abord le « respect » des partis qui pourraient former la prochaine coalition.

La version qui a été élaborée par les négociations entre le chef du gouvernement désigné et les partis, en l’occurrence une coalition composée de quatre partis, serait la plus « réaliste », estime le quotidien, appelant toutes les parties à « faire prévaloir l’intérêt supérieur de la nation ».

+L’Economiste+ s’intéresse à l’interdiction des écoles turques au Maroc liées à Fethullah Gülen. Le journal affirme que la fermeture des écoles du groupe turc Gulen « aura du sens et suscitera sans doute l’adhésion, si l’on veut bien prendre la peine de la croiser avec l’effrayant scénario d’un laisser-faire ».

Toutefois, « la forme semble plus critiquable que le fond », relève-t-il, expliquant que le redéploiement des élèves en pleine année dans le système éducatif public « ne va pas rassurer les parents ».



Autres titres
Burkina-Faso Grogne sociale, médias et politique au menu de la presse burkinabè 
Côte D'Ivoire L’alternance en 2020 et le débat autour du francs Cfa dominent la Une de la presse ivoirienne 
Maroc Politique, agriculture et éducation au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Maroc Politique, agriculture et éducation au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains 
Maroc Après 37 ans, le Royaume chérifien et Cuba à nouveau "amis’’ 
Maroc Programme gouvernemental et éducation au menu des quotidiens marocains 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires