Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Bénin Coopération: l’Union européenne va investir 150 milliards FCFA


Diplomatie

AFRICAHOTNEWS.COM | | 1 Commentaires |Imprimer
Cooperation:-l-Union-europeenne-va-investir-150-milliards-FCFA

Un total global d’investissements immédiats au Bénin d’un montant cumulé de 224 millions d’euros, environ 150 milliards de FCFA. C’est la moisson de la récente visite de travail du Chef de l’Etat, Patrice Talon en Belgique. Une moisson accordée par plusieurs instances de décisions de l’Union Européenne (UE).

Il y a d’abord eu la signature avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) d’un accord pour le programme d’adduction d’eau évalué à 30 millions d’euros, soit environ 20 milliards de francs CFA. Ce projet permettra de réaliser la 3ème (troisième) phase de l’alimentation en eau potable de l’agglomération de Cotonou avec, le renforcement du forage d’eau, du traitement du système d’adduction et des réseaux de distribution y compris l’installation de branchements pour environ 600.000 personnes. Il comporte également un volet "assainissement des eaux usées" avec la construction d’une station de traitement des boues de vidange.

S’en est suivie la signature au siège de la Commission Européenne en Charge de la Coopération Internationale et du Développement d’une convention autour d’un contrat de bonne gouvernance et de développement de 114 millions (cent quatorze millions) d’euros soit environ 75 milliards (soixante quinze milliards) de francs CFA. La signature de cette convention de financement permettra de décaisser au profit du Bénin, une première tranche fixe d’appui budgétaire de 13 millions d’euros (environ 8,5 milliards de francs CFA) au titre de l’année 2016.

Ensuite, il y a eu un autre accord de principe sur le programme d’appui au développement territorial évalué à 70 millions d’euros soit un peu plus de 45 milliards de FCFA. Soit un total global d’investissements immédiats au Bénin d’un montant cumulé de 224 millions (deux cent vingt quatre millions) d’euros, environ 150 milliards (cent cinquante milliards) de FCFA.

Par ailleurs, il est prévu, courant premier le trimestre 2017, l’organisation d’une mission économique au Bénin en collaboration avec le secrétariat d’Etat en charge du commerce extérieur de la région de Bruxelles-Capitale.



Autres titres
Sénégal Dakar accueillera Nana Akufo-Addo les 16 et 17 mai prochain 
Maroc Après 37 ans, le Royaume chérifien et Cuba à nouveau "amis’’ 
Afrique de l'Ouest Burkina Faso - République de Guinée : grande commission mixte de coopération 
Plus de nouvelles




 1   Du n' importe QUOI | Jeudi, 15 Décembre 2016
  Entre 1980 à 2012, les volumes de capitaux qui ont quitté l'Afrique ont été plus importants que ceux qu'elle a reçus, apprend-on d'un rapport publié le 5 décembre 2016 par le Global Financial Integrity. Au total, ce sont 1712,5 milliards $ que le continent a perdus, soit en moyenne 78 milliards $ par an.


A l'origine de cette situation, le rapport pointe tout d’abord les sociétés multinationales avec leurs méthodes d’optimisation et d'évasion fiscales. L'empreinte la plus forte se situe dans le domaine des industries extractives (mines et hydrocarbures) où de grands groupes tirent avantage des économies d'échelle, mais réalisent surtout des montages comptables et fiscaux qui réduisent fortement la base imposable ou la quote-part des pays hôtes.

L'autre responsable de cette hémorragie est l'ensemble des paradis fiscaux. Ces juridictions qui gèrent souvent des actifs plus importants que leurs produits intérieurs bruts, sont des refuges tant pour des placements licites, en quête d’investissements rentables et peu taxés, que pour des placements illicites liés à des trafics illégaux ou des dissimulations des rentes. L'exemple du Nigéria, un des pays souvent classé dans le top des plus corrompus dans le monde et dont certains responsables ont été cités dans le scandale des Panama Papers, illustre cette corrélation avec les paradis fiscaux. Entre 2007 et 2011, la Banque centrale a transféré notamment dans les Iles Caïman, Singapore, la Suisse et 7 autres juridictions à fiscalités souples près de 4 milliards $. Les transferts des individus et des entreprises ont été deux fois et demi plus importants (9,7 milliards $).

La troisième cause de la sortie nette des fonds hors d'Afrique est la faiblesse des institutions et des administrations dans ces pays. Cette faiblesse les place en infériorité dans les négociations avec des multinationales beaucoup plus puissantes, qui peuvent payer cher des cabinets spécialisés capables de trouver des failles dans la législation, ou d'influer fortement dans les négociations pour obtenir des contrats avantageux.

Le problème est aujourd'hui connu et fait l'objet d'attention de plusieurs instances, notamment l'OCDE, du G20 et des instances onusienne. Mais le Global Financial Integrity estime qu'il faudrait aller au-delà et discuter du problème dans un cadre de concertation plus large. Un grief qui avait déjà été soulevé par le Financial Transparency Coalition, qui relevait que les mesures de collaborations fiscales de l'OCDE n'avaient pas été adoptées avec la participation effective des pays notamment en développement, dont ceux d'Afrique.

L'étude qui a mobilisé plusieurs centres de recherches économiques en Afrique (Nigéria), en Europe (Norvège) et en Amérique Latine (Brésil) a adopté une méthodologie particulière pour arriver à ces résultats. Elle place sur les deux côtés d’une équation, l’ensemble des transferts en provenance et ceux en partance de l'Afrique, y compris ceux qui ne font pas l'objet de transferts monétaires (remise de dette), les transferts des migrants et ceux en provenance d'autres paradis fiscaux, ou de sources non enregistrés dans les comptabilités publiques.
RECHERCHE
Bénin Séance de questions-réponses: le gouvernement sera face aux députés jeudi 
Bénin Cotonou accueille le 9e Forum africain du carbone du 28-30 juin 
Bénin Déclaration ce mardi 11 avril 2017 à la tribune officielle de l’assemblée nationale des 60 députés ayant voté oui pour la prise en compte du projet de révision de la constitution 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires