Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Mali Elections municipales : les violences font cinq morts parmi les policiers


Politique

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Elections-municipales-:-les-violences-font-cinq-morts-parmi-les-policiers

Près de 7 millions électeurs étaient appelés à voter pour élire leur conseillers municipaux ce dimanche. Outre le désintéressement des populations, ce sont des violences partout dans le pays qui ont marqué le scrutin. Une attaque perpétrée contre un convoi a coûté la vie à cinq militaires dans le centre-nord du pays.

La mobilisation a été très faible dans le sud du pays. Certains craignaient des attaques terroristes le jour du scrutin. Beaucoup de commune dans le nord ont boycotté le vote. Une mission de l’armée malienne qui revenait du nord en direction de la localité de Douanza est tombée dans une embuscade. Cinq agents des forces de sécurité y perdront la vie. Au nord également à Koro, un candidat a été enlevé, au sud à Nara, un autre a été tué.

Ban Ki Moon, secrétaire général de l'ONU, même s’il reconnaissait l’importance d’aller à ces élections après 4 reports, exprimait sa crainte face à des éventuelles violences. Les faits semblent lui donner raison. A Bamako également, cette élection a connu une faible affluence. Plusieurs pointent du doigt une mauvaise organisation. A Tombouctou, ce sont des matériels et des urnes qui ont été brûlés.

Cette élection intervient dans un climat d’insécurité et de tensions entre les rebelles de l’Azawad et le gouvernement. En effet, les conseillers municipaux sont élus depuis 7 ans. Or, le mandat est prévu pour 5 ans. Depuis 2 ans alors, ces élus continuent d’exercer le pouvoir dans une sorte d’illégalité. Un accord de paix a été signé entre le gouvernement et les rebelles.

Cet accord de paix stipule qu’avant les élections, des autorités intérimaires devraient être mis en place pour gérer les localités qui n’ont pas d’élus locaux parmi lesquels il y a des rebelles. Ceux-ci demandaient au gouvernement de ne pas se précipiter dans l’organisation de ces élections. Mais pour le gouvernement, « ça suffit, il fallait organiser ces élections. On ne peut plus attendre, on a attendu 4 fois, il faut aller aux élections parce que c’est la loi de la démocratie », a laissé entendre le Ibrahim Boubakar Keïta hier après son vote.

Les résultats de cette élection ne devraient être connus avant plusieurs jours surtout que le rapatriement des bulletins de vote rencontre des problèmes.

L'AUTEUR
Magnim K.


Autres titres
Mali Présidentielle 2018: Kalfa Sanogo, le maire de Sikasso candidat 
Gabon Clôture du séminaire Gouvernemental: les recommandations 
Niger L’Opposition répond au Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Président du Conseil National Dialogue Politique (CNDP): Reprise de dialogue 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Mali La candidature de l’ADEMA et l’Assemblée générale de l’ONU au menu de la presse 
Mali Présidentielle 2018: Kalfa Sanogo, le maire de Sikasso candidat 
Mali Attaque terroriste à Ménaka: Les FAMa endeuillées 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires