Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

République Centrafricaine Journée ville morte: violentes manifestations pour exiger le départ de la Minusca


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Journee-ville-morte:-violentes-manifestations-pour-exiger-le-depart-de-la-Minusca

La journée de lundi était plutôt mouvementée en République centrafricaine notamment à Bangui. A l’appel de la société civile, les Banguissois ont manifesté pour exiger le départ de la force onusienne déployée dans le pays et qu’ils accusent de passivité. Des affrontements qui auraient fait des blessés et des morts dans la capitale.

Accusée de passivité face aux incessantes incursions meurtrières des groupes armés dans les provinces et même à Bangui, la Minusca n’est plus la bienvenue en Centrafrique. Un groupe de travail de la Société civile a fait du départ de la force onusienne, son cheval de bataille et a invité les populations à se joindre à lui ce lundi pour une journée ville morte.

Une journée qui s’est traduite par des affrontements dans le centre-ville de Bangui. Des barricades ont été érigées à différents endroits de la ville notamment la route menant à l’aéroport. C’est alors que les éléments de la Minusca voulaient dégager les barricades que les échauffourées ont débuté. Ils ont essuyés des jets de pierres auxquels ils ont répondu par des tirs de sommation. A en croire nos confrères de RFI, des balles réelles auraient été tirées et des victimes déplorées. Quatre à six personnes auraient perdu la vie.

Les accusations de passivité et de complicité qui pèsent sur la Munisca sont réfutées par celle-ci. Ses responsables indiquent que sans sa présence et vu le peu d’organisation et de moyens dont disposent actuellement les forces armées centrafricaines, le pays serait dans une situation encore plus chaotique.

Le gouvernement invite les populations au calme et renouvelle sa confiance à la force onusienne. Faustin Archange Touadéra et son équipe sont loin d’avoir gagné leur pari contre l’insécurité. Des groupes armés sont toujours aussi actifs dans le pays et des personnalités politico militaires ne ratent aucune occasion de tirer les ficelles.

L'AUTEUR
Waliyullah T.


Autres titres
Sénégal Difficiles conditions dans les prisons: les chiffres sont alarmants 
Maroc Les chauffeurs de taxi menacent d' "une guérilla urbaine" 
Ghana Incendie d'un autobus avec une trentaine de passagers à bord 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
République Centrafricaine Le salaire des autorités de l'Etat à la une en Centrafrique 
République Centrafricaine Société et éducation au menu des journaux centrafricains 
République Centrafricaine Communiqué de presse de la MINUSCA 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires