Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Algérie Les accidents de la route coûtent au pays 4000 victimes et 100 milliards de dinars chaque année


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer

L’Algérie figure dans la short-list des pays ayant enregistré les plus grandes performances en matière d’accidents de la route. Ce jeudi, les chiffres publiés par le ministre de l’Intérieur Noureddine Bédoui devant les membres du Conseil de la nation, lors d’une séance de questions orales sur ce qu’il convient de qualifier "Le terrorisme de la route", fait une moyenne de 4000 morts par an.

Selon les autorités algériennes, les accidents de la route coûtent à l’état, 100 milliards de dinars par année. De quoi construire un hôpital ultramoderne.
Face à ce tableau des chiffres, M. Noureddine Bédoui parle de nouvelles dispositions du code de la route visant à réduire l’intervention humaine dans le processus de constat des infractions: il s’agit de l’augmentation des amendes forfaitaires aux infractions de la route à l’origine des accidents de la circulation et la mise en place du permis à points, explique le ministre.

"Le projet de révision du code de la route récemment adopté au conseil du gouvernement a permis d’augmenter la valeur des amendes aux infractions à l’origine des accidents, notamment ceux classés au 4ème degré. L’amende est fixée entre 5.000 DA et 7.000 DA".
Le ministre a précisé que "l’élément humain, notamment en ce qui concerne le non respect des règles de conduite, est le dénominateur commun dans 95 % des accidents de la route". Et que "l’excès de vitesse et les dépassements dangereux étaient à l’origine de 50 % du nombre global des accidents de la circulation".

A une question sur la réduction de la pose "anarchique" des ralentisseurs, M. Bedoui a indiqué que le ministère de l’Intérieur avait émis en février dernier, en collaboration avec le ministère des Travaux publics, une directive visant à rappeler le règlement en vigueur et à prendre les mesures visant à "réadapter les ralentisseurs non conformes aux critères techniques et à supprimer progressivement ceux réalisées sans autorisation".

La directive vise également à mettre en place de plaques de signalisation horizontales et verticales pour indiquer la présence de ces ralentisseurs, avec l’association des services techniques des travaux publiques à la réalisation de ces dos d’ânes, outre l’interdiction de leur pose au niveau des routes à grande circulation.



Autres titres
Inter Déclaration de l'Initiative des médias d’Afrique sur Jamal Khashoggi 
Mali Bientôt le CICR ouvrira ses portes à Menaka 
Liberia Un député envisage un projet de loi contre la sorcellerie 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Algérie Interdiction du port du nijab dans l’administration 
Algérie Les étudiants réclament « un Master pour tous » 
Algérie L'Algérie abrite deux grands malades: son Président, Bouteflika, et sa polichinelle, le terropolisarien Ghali 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires