Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Burundi Plusieurs partis politiques menacent de boycotter les élections


Politique

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Plusieurs-partis-politiques-menacent-de-boycotter-les-elections

Malgré les assurances du président burundais Pierre Nkurunziza sur le retour à la sérénité dans tous les camps, les plaintes sur le processus électoral sont loin de finir. L’opposition menace de boycotter les élections prochaines si le calendrier reste en l’état.

Si le nouveau calendrier électoral est maintenu tel, les élections législative et présidentielle risquent de se dérouler sans la classe politique de l’opposition. Dix-sept formations politiques burundaises opposées à un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza ont menacé vendredi de ne pas participer aux législatives du 29 juin et à la présidentielle du 15 juillet, en l’état actuel du calendrier.

"Si les élections se déroulent dans les conditions que veut imposer le pouvoir de Nkurunziza, on ne peut pas participer car ce seront des élections organisées en toute illégalité qui n'auront aucune légitimité", a déclaré Jérémie Minani, un porte-parole de cette plate-forme politique.

Les 17 partis politiques exigent du pouvoir, la reprise du dialogue et en appellent à la communauté internationale. "Nous demandons à la communauté internationale de les rejeter et d'isoler toute institution issue de (telles) élections", a-t-il ajouté. "Les résultats ainsi que les institutions qui sont issues de ces élections n'engageront pas l'opposition politique, n'auront aucune légitimité constitutionnelle et ouvriront la voie au chaos", a-t-il affirmé.

La classe politique de l’opposition dénonce le calendrier électoral pour avoir été "fixé unilatéralement", la "modification des règles de délibération de la Céni (Commission électorale nationale indépendante) toujours unilatéralement" et le refus du gouvernement de discuter "de la question du troisième mandat, ce qui signifie que le gouvernement se retire ipso facto du dialogue politique".

Selon le nouveau calendrier électoral proposé par la Céni, dont deux membres ont démissionné et fui le pays, les législatives sont prévues pour la 29 juin et la présidentielle le 15 juillet, prochain.



Autres titres
Éthiopie Le portefeuille stratégique de la défense confié à une dame 
Guinée La journée ville morte diversement suivie 
Nigéria Lutte contre la corruption : une décision de Buhari qui ne fait pas l’unanimité 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Burundi Le Conseil de sécurité préoccupé par la lenteur des progrès du dialogue inter-burundais 
Burundi Un an plus tard, Jean manque toujours à l'appel 
Burundi Beyoncé s’associe à l’UNICEF pour que les enfants des régions reculées du Burundi, en Afrique de l’Est, aient accès à l’eau salubre 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires